dimanche 10 juillet 2016

Objectifs du développement durable - jour 2

Deuxième journée intense à la Villa Méditerranée de Marseille pour l'école d'été sur les objectifs de développement durable (ODD). L'après-midi surtout a été très instructive et stimulante. En particulier, elle s'est achevée par une intervention de Yannick Glemarec, de ONU Femmes, entité de l'ONU dont le nom évite d'expliquer le champ d'action, et dont j'avoue que j'ignorais l'existence (à ma décharge, elle n'a été créée qu'en 2010).

Pour résumer le propos de Yannick Glemarec, les discriminations dont sont victimes les femmes font obstacle à la réalisation des ODD. Mieux, si, partout dans le monde, les femmes obtenaient les mêmes accès au droit, à la terre, aux financement, etc. que les hommes, la productivité agricole augmenterait, il y aurait plus d'entreprises, le bien être général s'accroitrait. Un seul chiffre : le PIB mondial augmenterait de 15%.

Je résume, et comme d'habitude dans ce genre de présentation, l'orateur n'avait pas pour but de refaire toute la démonstration. Il faut pour l'instant le croire sur parole. Et probablement, comme souvent en économie, la démonstration doit avoir des aspects contestables. 

Toutefois, et même si on pourrait préférer que l'égalité entre les hommes et les femmes advienne pour des motivations morales, ce type d'argumentaire économique n'est pas à dédaigner. Comme l'a souligné l'un des participants de l'école d'été, originaire d'un pays d'Afrique sub-saharienne, cela donne un outil pour convaincre des dirigeants de changer les choses. Aujourd'hui, seulement 17% des pays se préoccupent de la question de genre dans leurs plans de développement.

Le plus important dans ces questions, c'est sans doute de renverser la perspective. De ne plus considérer les femmes comme des victimes, qu'il faudrait sauver de l'oppression masculine. Mais de les considérer comme des personnes essentielles, des agents du changement. Deux jeunes femmes mauritaniennes, qui sont intervenues à plusieurs reprises depuis vendredi, en sont une parfaite illustration (et elles ne sont pas les seules femmes remarquables dans cette école d'été).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire